Photo : Hamza Djenat

Passionné depuis l’enfance par le basket-ball, c’est à la suite d’une blessure que Yaron Herman se tourne vers la musique et le piano plus particulièrement, dont il commence la pratique à l’âge de seize ans.

En 2003, Yaron Herman enregistre un album en duo avec le batteur Sylvain Ghio, « Takes 2 to know 1 ».

Vient ensuite la rencontre avec le Label LABORIE Jazz et une collaboration durant plusieurs années avec 3 disques d’exception, son premier album solo, intitulé « Variations », sorti en 2006. Acclamé par la critique, le disque est suivi d’une tournée qui le mène à se produire à la Cité interdite à Pékin, une première pour un pianiste de jazz. Elu talent jazz Adami en 2007, Yaron forme un trio avec le contrebassiste Matt Brewer et le batteur Gerald Cleaver, avec lequel il enregistre « A Time for Everything » (2007) où titres originaux croisent reprises étonnantes du « Toxic » de Britney Spears ou du « Message in a Bottle » de Police. Viendra ensuite « Muse » en 2009, où la rencontre entre le Trio et le Quatuor EBENE, signera parmi les plus belles pièces d’un Quatuor à cordes sur ses compositions.

Pour « Alter Ego », paru en 2012, Yaron Herman élargit son trio qu’il formait deux ans avant avec Chris Cordini (contrebasse) et Tommy Crane (batterie) à un quintet avec les renforts des saxophonistes Émile Parisien et Logan Richardson sur les onze compositions originales.

Après son album « Y » en 2017 qui a bousculé un peu les esprits, flirtant avec la chanson traditionnelle, la musique classique et développant des expérimentations vocales et sonores assez envoûtantes, il renoue en 2019 avec la formule classique du trio acoustique, accompagné de son ami de longue date, Ziv Ravitz à la batterie et Sam Minaie, un élève de Charlie Haden, à la contrebasse. Aujourd’hui, il est sans doute l’un des pianistes de jazz contemporains qui valorisent le plus la mélodie et les émotions qu’elle génère.

En octobre 2020 paraitra son nouvel album, Yaron revient à ses premières amours : c’est en solo que le pianiste israélien se produira. Une manière de développer une improvisation comme on raconte une histoire, le solo offre toutes ces libertés, et reste donc un bon format pour laisser libre cours à son imagination.

Musicien :
Yaron HERMAN : Piano

siteinstafacebooktwitter

JEUDI 17 DECEMBRE À 19H00
OPÉRA DE LIMOGES

Tarif plein : 22€
Tarif réduit : 18€

achetez vos places